ENTRONS DANS UNE NOUVELLE ÈRE AVEC LA MEDECINE 4P

Préemptive - Prédictive - Personnalisée - Participative

78 Boulevard Longchamp - 13001 Marseille

+33 (0)4 91 08 16 77

Chirurgie du sein

Chirurgie du sein

Tumorectomie simple

Indication

Toute tumeur doit être explorée pour en connaître la nature. Les tumeurs bénignes du sein ont des caractéristiques cliniques et radiologiques propres. Parfois il est impossible de connaître la nature exacte de la tumeur avec ces seuls éléments et une ablation est alors nécessaire pour en permettre l'analyse au laboratoire et faire le diagnostic. Plus rarement la tumorectomie est faite à cause d'une augmentation de volume de la tumeur ou à cause de la douleur entrainée (en cas d'adénofibrome par exemple).

 

Technique chirurgicale

L'intervention est effectuée sous anesthésie générale et consiste à retirer la lésion avec un peu de tissu mammaire sain l'entourant : le sein est conservé. L'incision est réalisée soit directement en regard de la lésion, soit à distance (autour de l'aréole, sous le sein etc) afin que la cicatrice soit la plus discrète possible. Un redon (drain) peut être laissé quelques jours pour éviter les hématomes, mais le plus souvent l'intervention est organisée en ambulatoire (entrée le matin et sortie l'après-midi). Un arrêt de travail d'une semaine est à prévoir.

 

Risques & Complications

Malgré une technique opératoire minutieuse, il n'est pas possible de vous garantir le succès thérapeutique ni l'absence de complications.

     Pendant l'intervention

L'hémorragie : Elle peut rarement nécessiter une transfusion sanguine.

     En post-opératoire

- L'hématome ou l'abcès: Il s'agit d'une collection de sang ou de pus qui peut parfois nécessiter une évacuation chirurgicale. Un redon peut être posé en per-opératoire pour éviter leur constitution.
- La nécrose cutanée : Elle est liée à un défaut de cicatrisation et peut parfois nécessiter une réintervention chirurgicale.

 

Tumorectomie et Zonectomie

La chirurgie est un des traitements de base du cancer du sein.

Tumorectomie

La tumorectomie consiste à retirer la lésion avec un peu de tissu mammaire sain l'entourant : le sein est conservé. Le muscle grand pectoral, sur lequel est posé le sein est également respecté, hormis dans les rares cas où la tumeur est adhérente au muscle. L'incision est réalisée soit directement en regard de la lésion, soit à distance (autour de l'aréole, sous le sein etc) afin que la cicatrice soit la plus discrète possible. Un redon (drain) peut être laissé quelques jours pour éviter les hématomes.

En l'absence de biopsie pré-opératoire :

- Si la lésion est palpable et qu'elle n'a pas fait l'objet d'une biopsie pré-opératoire, une analyse est immédiatement réalisée (examen extemporané) pendant l'anesthésie: si cette analyse révèle la présence de cellules cancéreuses, il sera ainsi possible de réaliser le curage axillaire au cours de la même intervention.
- Si la tumeur est trop petite (quelques millimètres), l'examen extemporané n'est pas possible ; le diagnostic définitif ne sera alors connu que quelques jours plus tard.

 

Zonectomie

La zonectomie correspond à l'exérèse d'une lésion non palpable (microcalcifications, opacité radiologique ou échographique) se trouvant dans le sein. Dans ce cas, il sera nécessaire de réaliser un repérage mammographique ou échographique avant l'intervention en laissant en place un fil métallique appelé "harpon" afin de guider le chirurgien. Ce geste est effectué la veille ou le jour même de l'intervention par un médecin radiologue.

En l'absence de geste complémentaire (curage ou ganglion sentinelle), l'intervention est prévue en ambulatoire (entrée le matin et sortie l'après-midi). Lors de la consultation post-opératoire, qui s'effectue trois semaines après l'intervention, votre chirurgien vous fera part des propositions thérapeutiques après discussion de votre dossier par l'équipe multidisciplinaire.

 

Risques & Complications

Malgré une technique opératoire minutieuse, il n'est pas possible de vous garantir le succès thérapeutique ni l'absence de complications.

     Pendant l'intervention

L'hémorragie : Elle peut rarement nécessiter une transfusion sanguine.

     En post-opératoire

- L'hématome ou l'abcès: Il s'agit d'une collection de sang ou de pus qui peut parfois nécessiter une évacuation chirurgicale. Un redon peut être posé en per-opératoire pour éviter leur constitution.

- La nécrose cutanée : Elle est liée à un défaut de cicatrisation et peut parfois nécessiter une réintervention chirurgicale.

 

Mastectomie

La chirurgie est un des traitements de base du cancer du sein.

Technique chirurgicale

La mastectomie correspond à l'exérèse de la totalité du sein : le mamelon et l'aréole, une quantité variable de peau, et la totalité de la glande mammaire. Le muscle grand pectoral, sur lequel est posé le sein est respecté, hormis dans les rares cas où la tumeur est adhérente au muscle. Après l'intervention, le relief du sein a totalement disparu et est remplacé par une cicatrice ; pour ne pas apparaître dans le décolleté, celle-ci est placée, autant que possible, le plus bas possible, selon un axe soit horizontal soit oblique en bas et en dedans, plus adapté si une reconstruction mammaire est envisagée ultérieurement. Un ou deux redons (drains) peuvent être laissés quelques jours pour éviter les hématomes. La durée d'hospitalisation est d'environ 3 à 5 jours. Lors de la consultation post-opératoire, qui s'effectue trois semaines après l'intervention, votre chirurgien vous fera part des propositions thérapeutiques après discussion de votre dossier par l'équipe multidisciplinaire.

 

Risques & Complications

Malgré une technique opératoire minutieuse, il n'est pas possible de vous garantir le succès thérapeutique ni l'absence de complications.

     Pendant l'intervention

L'hémorragie : Elle peut rarement nécessiter une transfusion sanguine.

     En post-opératoire

- L'hématome ou l'abcès: Il s'agit d'une collection de sang ou de pus qui peut parfois nécessiter une évacuation chirurgicale. Un redon peut être posé en per-opératoire pour éviter leur constitution.
- La nécrose cutanée : Elle est liée à un défaut de cicatrisation et peut parfois nécessiter une réintervention chirurgicale.

 

Curage axillaire et Ganglion sentinelle

Curage auxiliaire

Le curage est un geste chirurgical effectué pour prélever une partie des ganglions du creux axillaire : il n'est effectué qu'en cas de cancer du sein. En effet les cellules cancéreuses du sein utilisent les canaux lymphatiques qui vont du sein vers le creux de l'aisselle puis dans le reste du corps.

L'incision est effectuée au niveau du creux axillaire. Un drain aspiratif (redon) est mis en place à la fin de l'intervention. Il a pour rôle d'évacuer les sécrétions sanguines et lymphatiques qui se forment dans les suites immédiates de l'intervention. L'analyse de ces ganglions permet de savoir si des cellules cancéreuses sont présentes à ce niveau et constitue l'un des éléments qui fait ou non poser l'indication d'un traitement médical complémentaire (chimiothérapie et/ou hormonothérapie).

 

Ganglion sentinelle

Il est possible que votre chirurgien vous propose un prélèvement du "ganglion axillaire sentinelle".

Le prélèvement consiste en l'exérèse du ganglion axillaire le plus proche du sein nommé "ganglion sentinelle". Ce ganglion (ou un groupe de 2 ou 3 ganglions) est considéré comme étant le reflet de l'état des autres ganglions de l'aisselle ; l'idée est que si ce ganglion ne contient pas de cellules cancéreuses, les autres ne doivent pas en contenir non plus, et inversement. Le principe de l'opération consiste en l'injection préalable dans le sein soit d'un produit radioactif (très faiblement irradiant et donc sans danger) la veille de l'intervention, soit d'un colorant bleu (bleu patenté) au moment de l'intervention. Chaque fois que possible, on utilise à la fois le produit radioactif et le colorant bleu.

 

Risques & Complications

Malgré une technique opératoire minutieuse, il n'est pas possible de vous garantir le succès thérapeutique ni l'absence de complications.

     Pendant l'intervention

- L'hémorragie : Elle peut rarement nécessiter une transfusion sanguine ou une reprise chirurgicale.
- Des lésions vasculaires (de l'artère axillaire) ou nerveuses (du nerf grand dorsal ou du nerf du grand dentelé) peuvent se produire de manière exceptionnelle et nécessiteront alors une prise en charge spécifique.

     En post-opératoire

- L'anesthésie de la face interne du bras : Elle est liée à une atteinte de filets nerveux qui vont du creux de l'aisselle jusqu'au bras. Elle peut régresser en quelques semaines mais peut persister à distance de l'intervention.
- La lymphocèle : Il s'agit d'une collection de lymphe qui se situe dans le creux axillaire. Elle peut nécessiter une ou plusieurs ponctions évacuatrices en cas de gène.
- L'hématome ou l'abcès: Il s'agit d'une collection de sang ou de pus qui peut parfois nécessiter une évacuation chirurgicale. Un redon peut être posé en per-opératoire pour éviter leur constitution.
- La nécrose cutanée : Elle est liée à un défaut de cicatrisation et peut parfois nécessiter une réintervention chirurgicale.

Article rédigé par le praticien le 22/12/2015

Le site du cabinet dentaire a été réalisé par Webdentiste.fr
Accès au questionnaire pré-RDV